Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 novembre 2017 5 17 /11 /novembre /2017 11:06
"Chaque jour, des survivants vivent avec les conséquences dévastatrices des viols, en sachant que leurs assaillants sont libres." Hillary Margolis de Human Rights Watch

"Chaque jour, des survivants vivent avec les conséquences dévastatrices des viols, en sachant que leurs assaillants sont libres." Hillary Margolis de Human Rights Watch

Voilà la situation du pays fin octobre 2017
Et l'Eglise ressemble au reste de la population... C'est même pire, en plus en proie aux violences de la part des milices musulmanes. Des maris des fils des frères assassinés, des femmes violées avec des enfants issus de ces viols...

Et j'y vais lundi.

Si vous avez à coeur de les soutenir, d'abord dans la prière et ensuite selon comme le Seigneur vous inspirera...

*****************************************

En Centrafrique, 188e pays sur 188 en termes de développement humain, 80% du territoire est livré à lui-même, échappant au pouvoir central, impuissant. "Un Centrafricain sur deux dépend de l’aide humanitaire pour vivre, détaille Isabelle Robin, de l’association Action contre la faim. La moitié des Centrafricains souffrent de la faim, beaucoup d’entre eux n’ont pas accès à des soins de santé, quand d’autres sont traumatisés par les violences et les déplacements qu’ils ont vécu." "La situation est catastrophique", conclut l’humanitaire.
La Centrafrique compte 4,5 millions d’habitants, dont 1 100 000 déplacés, à l’intérieur du pays ou dans les pays voisins. Intimidations, rackets, assassinat : si les ONG pouvaient, jusqu’ici, encore travailler, elles sont aujourd’hui empêchées dans leur travail, voire contraintes de quitter certaines zones à cause des petits gangs locaux qui sèment la terreur. "Quand les humanitaires doivent quitter un endroit, les populations sur place n’ont plus accès aux ressources qu’ils pourvoyaient, déplore Hélène Camus, de l’association Acted, qui répond aux besoins humanitaires des personnes en situation de crise. Le fait que nous devions partir fait qu’il y a des gens qui se retrouvent dans des situations de besoins de santé, d’eau, de nutrition, avec personne pour les aider."


Faute de mandat clair, la Minusca sème le trouble

Les ONG devraient pouvoir faire leur travail. Au moins sur le papier : en Centrafrique, l’ONU a déployé ses soldats de la paix au sein de la force de la Minusca, la Mission multidimensionnelle intégrée de stabilisation des Nations unies en Centrafrique. Outre les affaires d'abus sexuels commis par des casques bleus dans le pays, on reproche à la Minusca d’être partie prenante, dans certains cas, et de mélanger maintien de la paix et aide humanitaire, laquelle sème le trouble dans la population.
"Il y a une vraie complexité pour bien faire comprendre aux populations que l’humanitaire n’est pas partie au conflit, regrette Hélène Quéau, de l’ONG Première urgence international. Il s’agit pour nous que soit clarifié le mandat de la Minusca pour que la protection des civils en soit au cœur." Il s’agit donc de clarifier la mission de l’ONU, mais aussi de mobiliser les autres pays, y compris la France : à cet égard, l’attention du Quai d’Orsay a été plusieurs fois attirée par des ONG françaises pour que toute la communauté internationale se mobilise pour éviter le pire en Centrafrique.
Et, aussi, pour que le cœur de la mission des ONG dans ce pays puisse encore continuer à battre : "Nous sommes des acteurs humanitaires, neutres, impartiaux, rappelle Maryline Cittadini, de Solidarités internationale. Pour parvenir à délivrer une assistance humanitaire, nous avons besoin du concours et de la bienveillance de tous."

source "rapport de 5 ONG à l'ONU lors de la visite d’Antonio Guterres, son Secrétaire Général, qui s'est rendu mardi 24 octobre en Centrafrique."

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : eleutherie
  • : Blog d'information de l'association "eleutherie", qui a pour objectif de promouvoir la liberté individuelle à travers le soutien de personnes – quelque soit leur nationalité et leur pays de résidence, dans l'esprit de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme.
  • Contact

Notre motivation

"Celui qui aura plongé les regards dans la loi parfaite, la loi de la liberté, et qui aura persévéré, n’étant pas un auditeur oublieux, mais se mettant à l’œuvre,

celui–là sera heureux dans son activité"

(Epitre de Jacques ch.1 v.25)

 

Recherche

Aidez les

Pour nous contacter

Catégories