Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 novembre 2010 1 08 /11 /novembre /2010 17:18

 

L'expert des questions iraniennes, Wahied Wahdat-Hagh,(1) met en garde contre les dangers que courent les milliers de chrétiens dans ce pays à cause de la loi imminente sur l'apostasie.

 

L'analyste d'origine iranienne dit que ceux qui appartiennent à des minorités religieuses sont vus comme des citoyens de sous ordre et considérés parfois comme des hors-la loi. Il affirme par ailleurs que le khomeynisme empêche l'Iran de développer une coopération fructueuse avec le reste du monde.

 

En voici en résumé ce qu'il en dit :

 

Tout d'abord il faut faire la distinction, en Iran, entre les chrétiens de communautés traditionnelles et les nouveaux mouvements chrétiens. Les Eglises arménienne et assyrienne se sont plus ou moins adaptées, même si ceux qui en font partie ne peuvent vivre comme ils le voudraient. Par exemple, leurs fidèles sont discriminés d'office et les femmes doivent se plier à la loi du voile obligatoire. Les chrétiens et les membres de religions reconnues, comme les juifs et les adeptes du zoroastrisme sont considérés comme des "dhimmi" (terme arabe appliqué aux populations non islamiques).

 

Les "dhimmi" » sont en effet considérés comme des personnes de sous ordre, puisqu'ils n'ont pas les mêmes droits que les chiites. D'ailleurs les chrétiens sont eux aussi considérés comme des mécréants. Seuls, ceux qui reconnaissent le Coran comme étant la dernière révélation de Dieu sont considérés comme des croyants. Ont dit aussi de ces "mécréants"  qu'ils sont pires que des incroyants, des "sales mécréants" (kafir).

 

Les  minorités religieuses n'ont même pas le statut de "dhimmi". La vie d'un chrétien, dans le système juridique iranien, vaut moins qu'un musulman, par exemple dans le cas de dédommagements après un accident de la route. La vie d'un "kafir" n'a en ce sens aucune valeur. La raison en est leur foi en Dieu qui s'est révélé à eux par Jésus-Christ. En plus ils croient à la parité des droits entre les sexes. En plus de cela ils renoncent à la violence politique.

 

Toutes ces questions, comme le montre la doctrine de l'Etat en Iran, sont pour l'islam fondamentaliste-totalitaire, des questions taboues.

 

Les iraniens qui, ces dernières années, sont passés au christianisme et ont rejoint le "Mouvement Hauskirche" (Eglises de maisons)(2) qui est en  forte croissance, se trouvent en grand danger. Selon certaines sources, en Iran l'Hauskirche est devenue entre temps plus forte que l'Eglise catholique. Les convertis sont considérés comme des apostats et risquent la peine de mort. 

En effet selon la loi Islamique un musulman ne peut changer de religion. Cela  est considéré comme une faute et il encourt la peine de mort. Une nouvelle loi sur l'apostasie, qui fera de la peine de mort une loi d'Etat, devrait être approuvée dans le courant de l'année. Des centaines de milliers de personnes seront alors en danger de mort. (3)

 

Ce point est encore dans l'islam un grave problème. Les musulmans libéraux soutiennent toutefois que dans l'islam il n'y a pas de contrainte. Or, selon la loi, aucun musulman ne peut quitter l'islam, puisque le Coran est la dernière parole de Dieu. Pour l'Iran cela signifie qu'il n'y a ni liberté religieuse ni liberté de conscience, donc qu'il n'existe pas d'autres libertés. En République islamique d'Iran, les droits de la femme n'existent pas, tout comme la liberté de la presse, ceci se répercutant sur la liberté de réunion et d'association.

Et cela touche précisément le droit à la vie des apostats.Car la liberté religieuse et de conscience est interdite par la Constitution, du moment qu'en Iran tout est soumis à la loi islamique.

 

Notes : 

(1) Wahied Wahdat-Hagh, expert en sciences politiques, est senior fellow à l'European Foundation for Democracy de Bruxelles. Depuis 2005, la fondation étudie l'islamisme au niveau mondial et reçoit, entre autres, des subventions de l'Union européenne et de gouvernements nationaux.

Wahied Wahdat-Hagh a écrit un essai : « L'Iran, par exemple: la persécution des chrétiens en République islamique » qui est inséré dans le volume « Feindbild Christentum in islam » (« Le christianisme ennemi en islam »), publié en 2009 par Ursula Spuler-Stegemann (Herder).  

 

(2) Le pasteur pentecôtiste Behrouz Khanjani est responsable des Eglises d'iran, églises essentiellement de maisons.  

 

(3) C'est le cas du pasteur Youcef NADARKHANI - voir l'article http://www.eleutherie.eu/article-condamne-a-mort-en-iran-58243703.html

 

Partager cet article

Repost 0
Published by eleutherie - dans D'autres agissent
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : eleutherie
  • eleutherie
  • : Blog d'information de l'association "eleutherie", qui a pour objectif de promouvoir la liberté individuelle à travers le soutien de personnes – quelque soit leur nationalité et leur pays de résidence, dans l'esprit de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme.
  • Contact

Notre motivation

"Celui qui aura plongé les regards dans la loi parfaite, la loi de la liberté, et qui aura persévéré, n’étant pas un auditeur oublieux, mais se mettant à l’œuvre,

celui–là sera heureux dans son activité"

(Epitre de Jacques ch.1 v.25)

 

Recherche

Aidez les

Pour nous contacter

Catégories