Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 10:56

voici l'analyse d'un pasteur Iranien sur la situation actuelle des chrétiens en Iran

 

*****************

L’avocat Serge Klarsfeld a annoncé, dimanche 3 octobre, la découverte du document original établissant un statut des juifs en octobre 1940, annoté de la main du maréchal Philippe Pétain, lui-même.

 

Ce document durcit considérablement les mesures des autres mesures antijuives prises par le régime de Vichy en élargissant les champs d’exclusion des juifs du débat social. Le document interdit aux Juifs l’accès à l’enseignement et à la justice.

 

Une comparaison du statut des Juifs, des Tsiganes et des Noirs de l’Europe sous domination nazie avec celui des chrétiens en République Islamique ne peut être que des plus instructifs.

 

Exclusion du débat social :

 

D’abord, on remarque que les Chrétiens iraniens comme les minorités non désirés de l’Europe nazie, sont fichés depuis des années par la VEVAK, la police politique du système, en d’autres termes, la présence chrétienne est posée comme une source de préoccupation.

 

Conformément aux directives de la VEVAK, les chrétiens sont pratiquement exclus du marché du travail dans la mesure où le système de « sélection » appliqué pour les embauches vise à obtenir une adhésion aux principes religieux islamiques. Cela va largement au-delà des interdictions du début de Vichy dans la mesure où les directives de l »Ordre demandent à la Police Politique à veiller à ce que les chrétiens ou d’autres minorités religieuses ne soient jamais en position d’influer sur le débat social.

 

Une rhétorique dangereuse :

 

Comme à l’époque, le discours officiel exprime une inquiétude croissante vis-à-vis de la croissance chrétienne. « Ils remplissent le pays » dit-on souvent. Le discours officiel associe le christianisme pourtant présent depuis deux millénaires à une tentative d’infiltration occidentale dans le monde islamique.

 

Estimant que la Bible n’est pas digne de respect, le pouvoir procède régulièrement à l’autodafé des Bibles sectaires.

 

Déni de justice :

 

A défaut de reconnaître l’égalité des citoyens iraniens, sans exclusive, la constitution iranienne garantit, la liberté des chrétiens, en tant que « protégés », c’est-à-dire, en langage simple, des citoyens de seconde zone, mais depuis la réélection de Mahmoud Ahmadinejad, les responsables du système estiment que les chrétiens en général et les sectaires protestants, en particulier, ne peuvent plus bénéficier de ce statut.

 

En 2008 déjà, il avait été question de neutraliser celui qui a été qualifié « de  protestant le plus dangereux », c’est-à-dire le pasteur Behrouz Khanjani, président du Conseil National de l’Eglise d’Iran.

 

Le pasteur Behrouz en janvier 2010 est à Chiraz où il se trouve sous la garde de la Police Politique du régime dans le terrible « plaque 100 ».

 

Le pasteur Behrouz Khanjani comme son collaborateur le pasteur Youcef Nadarkhani totalise plusieurs mois de garde à vue alors que la loi reste muette sur le fait d’être ou de devenir chrétien en Iran.

 

Toujours est-il que les chrétiens ont aux yeux de la justice iranienne un statut moins enviable que celui des Juifs au début de Vichy, sans que grand monde ne s’en émeuve.

 

Pasteur AK

Partager cet article

Repost 0
Published by eleutherie - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : eleutherie
  • eleutherie
  • : Blog d'information de l'association "eleutherie", qui a pour objectif de promouvoir la liberté individuelle à travers le soutien de personnes – quelque soit leur nationalité et leur pays de résidence, dans l'esprit de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme.
  • Contact

Notre motivation

"Celui qui aura plongé les regards dans la loi parfaite, la loi de la liberté, et qui aura persévéré, n’étant pas un auditeur oublieux, mais se mettant à l’œuvre,

celui–là sera heureux dans son activité"

(Epitre de Jacques ch.1 v.25)

 

Recherche

Aidez les

Pour nous contacter

Catégories