Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 novembre 2010 1 22 /11 /novembre /2010 17:49

Voici les dernières évolutions de la situation des chrétiens prisonniers en Iran :

 

1. Madame Fatemeh Passandideh, l'épouse du pasteur Youcef Nadarkhani, arrêtée le 8 juin 2010,  a été condamnée à la perpétuité pour apostasie -c'est-à-dire un crime de pensée- par la 12ème Chambre de la Cour d'assises de Rasht. La sentence lui a été communiquée le 3 août dernier. Déférée à l’origine au tribunal révolutionnaire de Rasht, son cas aurait été transféré à une Cour d’assises pour des raisons que nous ignorons.

 

La Police Politique semble demander au pouvoir judiciaire en place de fonctionner comme une simple chambre d’enregistrement des décisions déjà prises à l’encontre des chrétiens par les agents du ministère des Renseignements. L’arrestation de Madame Passandideh, mère des deux enfants en bas âge,  visait au départ à accroître les pressions sur son mari, le pasteur Youcef Nadarkhani.

 

2. Le pasteur Youcef Nadarkhani a été arrêté  le 13 octobre 2009. Il  avait protesté contre la volonté du gouvernement iranien d'imposer une éducation islamique aux enfants chrétiens, et ce, au mépris de la Constitution iranienne et de l'article 26 de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme qui déclare que "Les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d'éducation à donner à leurs enfants". Une fatwa de l'ayatollah Khamenei va officiellement dans le même sens[1].

 

Il est passé devant la 11ème chambre de la cour d’assise les 21 et 22 septembre dernier et il a été condamné à mort pour apostasie, selon un verdict communiqué verbalement à son avocat maître Sarbazi.

 

 3. Le pasteur Behrouz Sadegh-Khandjani est toujours dans le sinistre "plaque 100" prison de la Police Politique, à Chiraz. En dépit des requêtes de l'avocat maître Taravatrouy, le tribunal n'a toujours pas accepté de réactiver la caution de 150 millions de tomans, mise à la disposition de la "justice" pour sa libération.

 

Convoqué par la Police Politique afin de donner des explications sur les activités de l’Eglise, le Pasteur Behrouz Khandjani, Président du Conseil Pastoral de l’Eglise d’Iran s’est rendu quelques jours suivants, c’est-à-dire le 11 janvier  à Chiraz afin de donner des explications sur les activités de l’Eglise.  Il a été immédiatement arrêté en compagnie de deux autres chrétiens.

 

Ils avaient auparavant reçu à Téhéran l’assurance qu’il ne s’agissait que d’une "séance d’explications".

 

Libéré le 17 mars dernier sous une lourde caution, soit 1,5 milliards de rials, il a été réincarcéré le 16 juin dernier alors qu’il avait été convoqué officiellement pour "présenter sa défense".

 

Il se trouve désormais dans un cachot des services des Renseignements (la plaque 100). Il est actuellement sous le coup d'une condamnation à mort pour blasphème et atteinte à la sureté de l'Etat.

 

Le père de M. Sadegh Khandjani est mort en 1995 des suites d’une longue maladie provoquée par  l'agression d’un élément de la mosquée du coin au lendemain de sa protestation contre la violence perpétrée contre des vendeurs ambulants près de la place de Mairie à Rasht.  Il lui avait été aussi reproché de ne pas avoir perpétué l’islam. Il est donc reproché au pasteur Khanjani d’avoir quitté la religion de son grand-père alors que son père M. Mohammad Sadegh-Khanjani avait payé de sa vie "ce crime" de pensée.

 

Il est à signaler qu’arrêté il y a trois ans pour des raisons similaires, le révérend Sadegh Khanjani avait bénéficié d’un non-lieu.

 

Nous avons des signes de la dégradation de l’état de santé de M. Khandjani dû à des conditions hygiéniques extrêmes et à une intention délibérée de nuire à sa santé par des actes de torture. Nous rappelons à ce propos que lors de sa précédente détention, il avait été placé avec des personnes atteintes de Sida ou d’hépatite.

 

 4. Le pasteur Behnam Irani, ayant bénéficié récemment d'une libération conditionnelle, fait l'objet d'une convocation devant le tribunal révolutionnaire. Il a du s'y rendre en septembre. Nous sommes sans nouvelle de lui.

 

Selon nos informations sur la situation des prisonniers d'idée en Iran, ces derniers sont soumis à des interrogatoires allant jusqu'à 8 heures par jour et quelques fois ils sont jetés ensemble dans des pièces exiguës où ils ne peuvent pas même pas dormir. Ils peuvent être pendus par les bras pendant une journée entière, sans boire ni se reposer.

 

Par rapport à l'Eglise d'Iran (http://www.eglisediran.org/), le ministre des Renseignements, M. Moslehi (http://www.saharnews.ir/view-12634.html) s'est cru obligé de sortir de sa réserve pour qualifier, au cours d'une conférence de presse, ce mouvement de "secte"  d'apparence chrétienne mais servant en réalité les intérêts sionistes. Il s'agit là d'une grave accusation qui vise à légitimer, aux yeux de l'opinion publique, les sentences les plus graves contre les prisonniers.

 

Cela fait des années que le régime iranien tente de préparer l'opinion publique à l'idée d'une répression des chrétiens témoignant du pouvoir, en évoquant des collusions entre le mouvement évangélique et le sionisme pour "christianiser" l'Iran.

 

Si jusqu’à présent, par rapport à l’Eglise d’Iran, il s’agissait de lutter contre une "petite secte" d’origine arménienne ou azerbaïdjanaise, selon les termes utilisés dans la presse du pouvoir, désormais il y aurait impératif de réprimer un mouvement d’ampleur national et d’inspiration sioniste.

Cette évolution sémantique est d’autant plus inquiétante que le pouvoir actuel entretient une culture antisémitique.

Source : Contacts locaux en Iran.

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2010 7 14 /11 /novembre /2010 21:37
Alors que nos Eglises font un WE d'information et d'intercession "spécial Eglises persécutées", la sentence à l'encontre du pasteur pentecôtiste Youcef Nadarkhani (un des responsables des Eglises de maisons), incarcéré dans la prison de Rasht, a été communiquée ce matin (14/11/2010) par écrit à son avocat maître Sarbazi. Il s'agit d'une condamnation à mort par pendaison pour apostasie.

Le pasteur pentecôtiste Marco  Kandghani responsable national des Eglises de maisons), lui aussi passible de la peine de mort pour terrorisme et atteinte à la sureté de l'Etat, a été transféré, il y a quatre jours à la prison centrale de Chiraz. Il est dans une cellule, sans visite ni soutien humain d'aucune sorte. 
Il a eu juste le temps d'envoyer par le biais d'un autre prisonnier, un message où il presse son avocat de venir le voir.
 
Nos recherches en Iran sur l'instigateur des persécutions s'orientent en direction du clan Larijani. Ce serait, le grand ayatollah Vahid Khorassani, le beau-père de Sadegh Larijani; le patron de la justice iranienne, qui serait l'instigateur des persécutions. Il aurait appelé, en mars dernier, à une législation pour mettre fin au "péril chrétien". Selon lui, le témoignage chrétien constitue "une atteinte à la sûreté de l'Etat".
L'ayatollah Vahid Khorassani est une des figures de proue du chiisme radical qui prône la destruction des autres identités religieuses. 
Partager cet article
Repost0
8 novembre 2010 1 08 /11 /novembre /2010 16:51

Information en provenance des contacts de l'association en Iran :

 

Le tribunal révolutionnaire de Chiraz a décidé de prolonger de deux mois la garde à vue du pasteur Behrouz Khanjani, a annoncé samedi, son avocat maître Taravatrouy.

 

Selon l’avocat, à quelques exceptions près, la situation du pasteur Khanjani serait pire que celle des dissidents politiques dont le dossier trouve une réponse judiciaire pendant les deux mois de garde à vue.

 

Les autorités judiciaires de Chiraz ont déclaré qu’il n’était pas de leur ressort de statuer sur la libération du pasteur Behrouz mais que toute décision à ce sujet revenait au ministère des Renseignements qui communiquait ses décisions à la justice.

 

Pour certains analystes, cette garde à vue, prolongée tous les deux mois, depuis juin dernier, s’explique par l’absence de preuves solides susceptibles d’appuyer l’inculpation du pasteur Khanjani. Les motifs retenus par le tribunal révolutionnaire du Fars à savoir l’apostasie, l’atteinte à la sûreté de l’État, les liens avec l’opposition, ainsi que le blasphème, apparaissent peu crédibles aux yeux de l’opinion publique. Selon des sources sur le terrain, les Renseignements travailleraient actuellement à construire un dossier plus compromettant contre le pasteur Khanjani.

 

Rappelons que l’ayatollah Vahid Khorassani, beau-père du patron de la justice iranienne Sadegh Larijani, a plusieurs fois appelé les autorités du pays à faire preuve de responsabilité face à ce qu’il a qualifié de "péril chrétien (").

 

La communauté chrétienne du Moyen-Orient, pourtant présente depuis 2000 ans, fait face à une montée de l’extrémisme islamique se traduisant par de nombreuses violences dont l’attentat récent contre une église chrétienne en Irak n’est qu’un exemple terrible parmi d’autres moins relayés par les médias.

 

Pour certains dignitaires religieux iraniens, les problèmes économiques et sociaux auxquels fait face la société iranienne, trouveraient leur origine dans la "présence nocive de chrétiens" au milieu d’eux.

 

Ils invitent fortement les autorités iraniennes à s’inspirer de l’Arabie Saoudite, pays où l’apostasie est punie de mort et où il est interdit aux chrétiens de lire la Bible en groupe et même d’adorer leur Dieu ensemble dans leurs maisons.*

 

(*) Voir l'article précédent

 

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2010 1 11 /10 /octobre /2010 10:58

La femme du pasteur Youcef vient d'être acquittée.

 

C'est le résultat de la pression exercée sur les autorités judiciaires iraniennes, qui, quoi qu'on en dise, n'aiment pas que l'occident soit informé de ses méthodes judiciaires et de la politique de répression  qu'elles mènent contre les chrétiens a lumière de la vérité du pays !

   

Son mari le Pasteur Youcef Nadarkhani est toujours condamné à mort pour apostasie.

 

D'autres pasteurs et chrétiens anonymes sont toujours en prison dans des conditions d'humiliation extrême, persécutés pour leur foi. 

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 16:50

En ce moment même, un texte de portée internationale fait son chemin dans la plus grande instance internationale : l’ONU.

 

 Il s’agit de la résolution sur la diffamation des religions (A/HRC/RES/13/16).

 

Cette loi sous couvert de protection et de tolérance est LIBERTICIDE.

 

Elle concerne même les athées qui ne pourraient plus critiquer les religions.

 

Lisez cette page, vous y serez invité à signez la pétition !

 

 

Partager cet article
Repost0
24 juillet 2010 6 24 /07 /juillet /2010 07:42

La répression contre l'Eglise d'Iran continue et s'accentue.

 

Une chrétienne Fatemeh Torkkajouri  (Marie) a été libérée.

Ce qui peut passer pour une victoire suite aux actions médiatiques entreprisent sur divers sites occidentaux n'est en fait qu'une manipulation.

 

On lache une petite proie pour mieux garder la main sur les gros poissons. Machiavel doit avoir des émules parmi ceux qui se réclament du Dieu miséricordieux.

 

En effet de très fortes pressions continuent sur Alireza en qui les autorités religieuses Iraniennes doivent avoir reconnu un leader potentiel. Il ne fait pas bon avoir une foi vivante et solide au pays des mollahs.

 

L'étau se resserre aussi autour de Sadegh Kandghani (Marco) le pasteur responsable du mouvement en Iran.

 

Nos sources sur place nous informe que la traque continue sur les leaders en exil et que des chrétiens anonymes sont persécutés sans qu'on sache ni où ils sont, ni comment ils sont persécutés.

 

Les autorités Iraniennes soutiennent qu'il n'y a aucune persécution contre les chrétiens en Iran, sous prétexte que  ces chrétiens ne sont pas des chrétiens mais des dissidents cherchant à déstabiliser le régime démocratique de la République Islamique.

Cette conception  est hélas relayée par d'autres "églises officielles Iraniennes". Dont on peut se demander avec quels compromis elles ont acheté leur quiétude.

 

Le "crédo" de l' "Elises d'Iran" consultable sur ce site : http://www.eglisediran.org/?page_id=8  ne laisse aucun doute sur leur orthodoxie évangélique, ils ont le droit à l'appellation de chrétiens, authentiques disciples du Christ.

 

Avec l'association "eleutherie" nous continuons à oeuvrer dans la discrétion pour aider ces chrétiens persécutés en Iran ou en exil.

 

Si vous êtes intéressés par notre action et désirez les aider loin du battage médiatique, vous pouvez nous contacter.

Partager cet article
Repost0
25 juin 2010 5 25 /06 /juin /2010 22:46
Voilà un rapport au format PDF en date du 25 juin 2010 que vous pouvez utiliser, diffuser et joindre à un courrier que vous pouvez adresser aux ambassadeurs d'Iran dans vos pays respectifs.
 
Il est signé du pasteur qui a en charge de représenter le conseil pastoral de "l'Eglise d'Iran".
la liste des chrétiens arrêtés liste chrétiens arrêtés liste chrétiens arrêtés
Partager cet article
Repost0
16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 22:37

Dans notre lettre à l'ambassadeur d'Iran en France, nous avons parlé de la situation des pasteurs Youcef et Marco

 

Les dernières nouvelles de source Iranienne sont dramatiques :

 

Les autorités Iraniennes ne parlent pas de persécution de chrétiens, mais de personnes cherchant à déstabiliser la République Islamique d'Iran. Pour les autorités ce sont de dangereux terroristes.

 

Le pasteur Youcef a été condamné à mort pour apostasie, sa femme est toujours en prison et risque le même sort.

Leurs enfants menacés d'être placés en institut coranique

  famille youcef

 

à Tehéran :

- Le pasteur Benham est toujours en prison.

- Le pasteur Behrouz (Marco) a été arrêté mercredi dernier à Chiraz.

 - L'épouse du pasteur Marco Fatemeh Tork Kojouri a été arrêtée ajourd'hui avec 7 autres membres de l'église : Mehdi et Mina Kerbalayi et leur mère, des chrétiens Afshin et Omid,   des chrétiennes Mahsa et Nasrin

 à Rasht :
- le PasteurYoucef Nadarkhani et son épouse Fatemeh Pasandideh
à Karaj :
- le Pasteur Behnam Irani  
à Shiraz :
- le Pasteur Behrouz Sadegh
 

 

Nous sommes en train d'aider un Iranien et sa soeur à bénéficier du droit d'asile politique dans un pays de la communauté européenne.

 
Si vous êtes sensibilisé et avez à coeur d'agir pour les aider, rejoignez-nous.

 

Il suffit de nous contacter par mail  eleutherie@gmail.com

 

 

Partager cet article
Repost0
14 juin 2010 1 14 /06 /juin /2010 18:38

Nous avons écrit à l'Ambassadeur d'Iran en France pour lui demander d'intervenir auprès des autorités de son pays en faveur de pasteurs et chrétiens perscutés à cause de leur foi.

 

Vous pouvez reprende cette lettre à votre compte et l'envoyer vous-même.

 

*******************************

Excellence Seyed Mahdi Miraboutalebi

 Ambassadeur d'Iran en France

 4, avenue d'Iéna

 75116 Paris

 

 Votre Excellence,

 

Une nouvelle étape semble avoir été franchie dans l'escalade des persécutions contre les chrétiens en Iran. Le Pasteur Youcef NADARKHANI déjà incarcéré à la prison de Lakan vient d'être condamné à la peine capitale. Deux juges auraient déjà signé, on n'attendrait plus que la signature du troisième et dernier juge pour faire exécuter la sentence.

 

De plus son épouse a elle aussi  été arrêtée et des menaces ont été faites pour que leurs deux enfants soient confiés contre la volonté de leurs parents à un institut coranique.

 

Des menaces ont également été faites contre les épouses des Pasteur Marco et Benam. Les deux familles ont des enfants qui risquent donc le même sort que ceux du Pasteur Youcef.

 

La situation est d'une gravité sans précédent car cette sentence qui ne se base sur aucun texte juridique de votre législation, dont je n'aurais pas l'outrecuidance de vous rappeler que votre beau et noble pays a adopté la déclaration la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme..

 

S'appuyant sur le vingt-troisième principe de la Constitution iranienne : « le délit d’opinion est proscrit et nul ne peut faire l’objet de blâme et d’admonestation en raison de ses opinions», la communauté chrétienne Française, Européenne et internationale attend une ferme condamnation de la violation de ses droits d'exister dans votre pays.


Il a été porté à la connaissance des Mesdames et Messieurs les Députés Européens la situation dramatique et urgente de ces personnes dont le seul tort est de faire partie des "gens du livre".

  

En comptant sur votre haute bienveillance pour intercéder auprès des autorités de votre pays, je vous prie de croire votre excellence, en l'assurance de ma respectueuse considération.

*****************************************************

 

 

Partager cet article
Repost0
7 juin 2010 1 07 /06 /juin /2010 16:11

Ceux qui veulent aider les personnes persécutées à cause de leur liberté d'expression ou de conscience, se trouvent vite devant plusieurs dilemmes.

 

Le premier est la médiatisation :

 

Doit-on médiatiser leur situation de manière à faire pression sur les autorités du pays ?

 

C'est à double tranchant.

 

Parfois c'est nécessaire, mais cela nécessite une sagesse et une intelligence des situations que seuls peuvent mettre en oeuvre des organisations ayant l'expérience requise.

 

Parfois une médiatisation incontrôlée peut mettre en danger la sécurité des personnes que l'on veut aider.

Sans compter que cela peut faire "monter les enchères" et attirer des professionnels aux honoraires inaccessibles à la majorité des "petites gens".

 

Ainsi dans un pays où nous aidons des personnes, les pétitions ont eu pour résultats de faire monter le prix des cautions et d'enrichir ainsi des notables qui fixent le prix des cautions et obligent les intervenants à faciliter les démarches par des dessous de table. On appelle ça de la corruption.

 

le deuxième est le financement  :

 

Doit-on payer des cautions énormes pour faire libérer une personne, alors que dans six mois ou un an elle peut être à nouveau emprisonnée et voir sa libération conditionnée au versement d'une plus grosse caution ?

 

Ne vaut-il pas mieux réserver cet argent à  la soutenir dans cette épreuve et aider sa famille et sa communauté ?

 

le troisième est celui de l'action :

 

Agir seul ou rejoindre une organisation déjà constituée ?

 

Seul on arrive bien vite au bout de ses possibilités.

 

Rejoindre une organisation déjà constituée est une très bonne solution, reste à choisir la quelle.

Il en existe de sérieuses qui savent agir efficacement avec de gros moyens.

L'organisation que l'on choisit doit permettre par des objectifs d'atteindre les actions que l'on veut entreprendre.

L'actualité démontre, hélas, que tout ce qui porte le label "humanitaire" sans remettre en cause les bonnes volontés, n'est pas forcément efficace.

 

En ce qui concerne l'association eleutherie :

 

Nous avons fait le choix de privilégier l'aide individuelle des personnes persécutées qui sont mieux à même de gérer leur situation sur place.

 

Cette aide est très souvent conditionnée à la discrétion, pour préserver l'identité des personnes aidées et leur entourage.

 

Bien sur nous n'excluons pas le recours à la médiatisation ciblée et réfléchie si cela s'avère nécessaire.

 

Nous nous efforçons également de tisser un réseau de personnes compétentes dans différents domaines, judiciaire, administratif, humanitaire, financier.

 

Si vous désirez mieux connaître l'association et ses actions, contactez-nous : eleutherie@gmail.com

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : eleutherie
  • : Blog d'information de l'association "eleutherie", qui a pour objectif de promouvoir la liberté individuelle à travers le soutien de personnes – quelque soit leur nationalité et leur pays de résidence, dans l'esprit de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme.
  • Contact

Notre motivation

"Celui qui aura plongé les regards dans la loi parfaite, la loi de la liberté, et qui aura persévéré, n’étant pas un auditeur oublieux, mais se mettant à l’œuvre,

celui–là sera heureux dans son activité"

(Epitre de Jacques ch.1 v.25)

 

Recherche

Aidez les

Pour nous contacter

Catégories